Dimanche 20 février 7 20 /02 /Fév 03:06



Tatoo-pour-S649-A partire de maintenant mon Maitre a décidé que je devais être désormais nu et attachée a son arrivé.DSCF0010
Je devrais desormais être toujours prête dans ma position d'esclave pleinement assumée .
Il ne devais plus devoir me télephoner,je devais dès mon lever prendre mon petit dejeuner rapidement.
Prendre ma douche,et de ce pas aller me suspendre nu par les poignets au crochet du plafond ,bailloner
et attendre son arrivé.
Peu importe l'heure ou il arriverait,je devais l'attendre de cette façon.
Apres un petit dejeuner et une douche rapide, je mis mes bracelets au poignets et enfila mon baillon de cuir dans la bouche.
Au salon avec des mousquetons je fixais mes poignets au crochet.
Mon plafond étant tres haut,me demandait un bonne étirement de tout mon corps.
Tres vite mes bras deviennent lourds et mes poignets serré coupe légerement la circulation et font devenire mes mains cramoisies.
La souffrance est de nouveau de retour.
Ma meilleur amie dans ma soumission.
Je suis là en attente ,les minutes s'écoule puis une heure bientot deux.
Mes bras sont lourds, mes poignets me font mal.
La souffrance devient toujours plus intense a mesure que s'écoule le temps.
Le silence,
je n'entent que le battement de mon coeur.
Anxieuse j'entent le bruit famillier du pas de mon Maitre sur la dalle de la porte exterieur.
Mais rien ne viens, toujours le silence.
Puis j'entent le bruit famillier de la porte qui s'ouvre.
Apres deux heures de suspention, il etait enfin la,mon coeur se remplissait de bonheur, de le revoire et d'angoise de se qui m'attandais a présent.
Il se planta devant moi dégustant du regard mon corps d'esclave ainsi offert a ses caprices
de maitre sadique.
Il avanca la main et caressa l'anneau qui pendait a mon seins.
Puis du bout de son index titilla la tétine de mon mamelons.
Ils ont toujours été tres sensible,
et ce dressait sous le doigt qui les taquinaient sans pudeur.
Ce qui fit sourire mon Maitre.
-Petite pute...toujours prête a être abusée...a servire d'objet a ton Maitre.
tu ma obeïs salope...j'aime te voir et te sentire obeissante...a ta place...
Il me pinca cruellement le mamelon en le fesant jouer entre son pousse et son index.
-Hmmmmmmmmmmmmmm...
Je gémis de douleur et de plaisir qui n'était qu'un prémisse a ce qui m'attendais.
Il approcha son visage contre le mien, sa main effeura mon sein et glissa doucement sur ma poitrine,
caressant doucement ma peau douce et chaude ,moite d'apprention.
Un frisson parcoura mon corps me fesant tressaillir sous la caresse presque affectueuse de mon Maitre.
Le Maitre de ma vie ,le Maitre de mon corps,le Maitre de mon âme perdu dans les dédales du bdsm,il etait mon dieu.
Il me possedait ,je lui appartenais.
Ma tête se renversa me délectant du frisson de la caresse.
Sa main remonta vers la gorge la carressant doucement, puis il la saisit delicatement dans sa main.
Puis il serra doucement pour commencer, il buvait chaque expressions de mon corps qui se tangait vers lui le supliant de ses caresses.
Ma chatte devenait humide a chaque fois que ses mains rude et viril palpait mon corps dans les moindre recoins de mon intimité.
Il serra les doigts autour de ma gorge toujours plus fort,il me fesait mal ,je sentais mon visage s'empourprer sous la pression devenue cruel de ses doigts.
Je ne pouvais ouvrire mes lèvres pour chercher ma respiration bloqué que j'etais par le baillon qui obstruait ma bouche.
Il se pencha a mon oreille pour me dire dans une voix grave et posé...
-Tu est a moi,tu m'apartien j'ai droit de vie et de mort sur toi d'une simple pression de mes doigt et je prend jusqu,a ta vie...
Il serra plus fort,je croyais que j'allais perdre conscience ,il aurais pu me donne la mort la maintenant sur le champs et je n,aurais pu lui resiste...il me fesait peur.
Je lui appartais corps et âme je n'étais que sa chose, un jouet qu'il pouvais brisé si il en avais envie.
Puis il déssera soudainement les doigts délaissant ma gorge pour dessendre doucement vers mon intimité profonde.
Je restais suspendue a mes poingnets les jambes plié la tête renversé ,sans force tentant tant bien que mal de reprendre mon souffle, balottant au bout de mes bracelet retenu au plafond.
Il caressa mon sexe doucement ,enfouissant sont index dans ma fente humide la caressant  d'un mouvement de va et viens.
Tout les fibres de mon mon corps tressaillait a son contacte ,dans ma tête je priais dieu mon Maitre pour qu'il ne s'arête pas.
des frissons de jouissance mouillait ma chatte et coulais entre mes cuisses.
Je me sentais si salope, si vulnerable au contacte de ses doigts.
Il me possedait jusqu'au tréfont de mon âme ,ma chatte etait comme un fruit pressé qui jutait tout la siprine sucré qu'elle possédait.
Puis il retira son doigt et gouta le gout du jus de mon fruit qui s'offrait a lui.
"ho non! Maitre n'arêté pas" pensais-je dans ma tête ,le baillons m'empêchant de le supplier
a voix haute  
-Hmmmmmm...ma belle salope toujours prête a pleuvoir pour son Maitre.
Sa voix avait une intonation frénetiqument exité par l'odeur et la détresse de mon exitation et de ma douleur.
Puis il enfonca ses doigts d'un seul mouvement dans ma chatte ,me fouillant ,me palpant durement sans vergogne.
-Tiens sale pute aucun besoin de lubrification avec toi , tu mouille comme la veritable salope que tu es.
Il me fista avec ses doigts dure et cruel.
Je gémissais de souffance et de plaisir pendant que ses doigts me labourais le con durement.
sans le moindre égars pour ma détresse. Sa main suivie le chemin des doigts,me fesant hurler ma douleur a travers mon baillon qui étouffait mes protestations de facon efficase.
Une sensation de brulure envaissais mon ventre tandis que j'avais l'impression que l'ont m'ouvrais les entrailles.
J'essayais d'evité , de retiré sa main de moi,je me debattais mais il me maintenais fermement contre lui .M'empechant toute tentative de le repoussé et continuait sont horrible travaille
-Ne te debat pas espece de salope ,tu ne fait qu'empirer les choses détent toi et tous va bien ce passer.il faut que tu prenes consience que tu n'es qu'un sale pute et que c,est cela qu'on reserve au putain comme toi sale chienne.
Sa voix était fébrile ,grave completement exité exite par ma souffrance et je savais qu'il n'avait aucune intention de lacher le morceau.
Je ne pouvais que lui obeïr et me soumettre.
Je ne me debattais plus et tenta de me détendre le plus possible.
Esperant que cela finisse le plus rapidement possible.
Il me labourais sans vergogne,
et je relâchais les muscles de mon ventre le plus possible.
Et a ma grande surprise le fiste me fesait moins mal et la douleur devenait suportable.
Il avait raison...mon Maitre avait toujours raison.
Je me laissais aller sur sont bras tangant au bout de mes poignets suspendue, la tête ballotant dans le vide.
Je ne sentais presque plus la douleur du poids sur mes poignet et mes mains cramoisie.
La douleur de mon fiste cruelle prenant toute la place.
J'étais totalement sa possesion ,il me prenait comme la salope que j'étais
une esclave faite pour lui  plaire dans sa souffrance.
Il avait besoin de moi comme j'avais besoin de lui.
Il était mon dieu et moi j'étais son esclave.
Il aimait ma souffrance et moi j'etait née pour souffrire et lui apartenir.
C'est pensés fesait leur travaille et ma chatte s'emplisait du precieux liquide qui facilitait ma torture.
- Tu mouille salope,tu aime ca
ca vois grondait d'exitaion puis comme si cela lui coutait un effort énorme de retenue,il se retira soudainement,laissant ma chatte béante,souffrante mais inondée du flut de mon plaisir.
- Ton orgasme est interdit salope tu le sais.
Il me saisit par les cheveux et me gifla ,sous l'impacte ma tete tomba sur le côté.
Puis il me repris les cheveux et me gifla sur l'autre joue les laissant brûlante et la tête ballotante.
-Salope ta journée ne fait que commencer,orgasme interdit jusquà ce que je te le permette putain.
J'aquiessais de la tête puisque le baillon m'empêchais toute communication.
Il me déttacha et me laissa choire sur le plancher.
Il me prit les poignets et les attacha derrière le dos avec le mousqueton.
Il s'instala dans le fauteuil de cuir noir et intala ses pieds sur moi,et s'alluma une cigarette.
Avec ses pieds il me tourna sur le côté face a lui.
je pouvais voir sont regard domminant qu'il promenait sur mon corps.
De son pied gauche,il écrasa lentement et avec un plaisir évident mon sein droit sur le plancher.
Il portait des bottes de travail.
La pression etait si cruelle quelle me fesait grimasser.
Il ne fesait cela que par plaisir et cruauté,satisfait de la dommination qu'il exercait sur moi.
Il aimait savoir qu'il me possedait.
Je n'étais qu'un objet nu devant lui ,soumise et totalement vulnérable.
Il remonta son pied jusqu'à mon visage ,qu'il écrasa lentement de sa botte sur le plancher
il me fesait mal et m'humiliait juste pour me faire sentir ce que j'étais a ses yeux.
-Sale chienne voila ta place,nu sur le plancher sous ma botte sale garce.
Puis il ecrasa mon visage encore un peu plus sous sa semelle,la tordant de gauche a droite pour que je sente tres bien l'humiliation qu'il m'imposait.
pour me montrer que j'étais a peine bonne a être sous sa botte.
Puis il se pencha sur moi et retira mon baillon,puis il s'accouda confortablement dans le fauteuil.
tandis que moi j'étais étendu nu,soumise sur le plancher dur,humiliée au plus profond de l'âme sous sa botte. Bien apuyé sur le dossier de son fauteuil,à l'aise et parfaitement en contrôle de lui même, il forca ma bouche du bout des sa botte pour y inséré sa semelle.
=Sale pute tu n'es meme pas digne d'être sous ma semelle,liche pour me montré a quelle point tu m'es reconnaissante.
J'eu la nausée ses bottes n'étant pas nettoyer je serrais les dents tellement fort et retirais ma tête refusant carrément d'ouvrir la bouche.
Il me saisit par les cheveux et entra dans une veritable colère ,il me secoua la tête vigoureusement et m'aboya.
-COMMENT OSE TU TE REFUSÉ SALE CHIENNE...TU N,EST QU'UNE ESCLAVE...
De ni un ni deux il me releva debout toujours accroche a mes cheveux,il releva mes poingets dans le dos vers les homoplates impitoyablement de son autre main,et me traina ainsi jusqu'à la table de salle a diner.
Mes pieds ne touchaient presque plus terre et me progeta durement sur la table sur le ventre lui ofrant mes fesses a loisir.
Tout c'était passé si vite que j'oubliais même de penser.toute mon énergie étant centré sur le combat de la douleur.
Puis me maintenant penché sur la table ,il se mit a me donner une fessé bien mérité.
Mes fesses rebondisant à chaque fois que la main implacable s'abatait sur mon postérieure rebondie.
J'hurlais ma souffrance par mainte cris et larmes.
-Haaaaaaaaaaaaaaa... pitié Maitre je vous en pris...Haaaaaaaaa pardonnez moi Maitre...Haaaaaaaaaaa je ferais tous ce que vous voudrez Maitre ...Haaaaaaa ...Haaaaaaaaa...Haaaaaaaaaaaaa...
La fessée ce continua impytoyablement ,jusqu'à ce que mon postérieure soit bien rougie et enflé.
Un ruisseau de larmes coulaient sur mes joues.
Comment avais-je pu me rebeller a ce point, il etait mon dieu et moi je n'était rien.
Je n'étais que son jouet,et ce pour son seul plaisir.
Comment avais-je pu le contrarier de la sorte.
A traves mes larmes j'étais reconnaisante envers mon Maitre de la fessée administrée si durment, je l'avais bien merité.
Comment avais-je pu être aussi déloyal envers dieu mon Maitre.
Je n'étais rien j'étais sa possession, je n'avais aucun droit de lui retiré ses bottes de ma bouche.
Cela ne se reproduirait pas car il avait tout les droits.
une fois de plus je fut bien dressée par la fessée impytoyable recu.
Puis je sentie qu'il enfonsait ses doigts entre mes fesses malmenées,caressant au passage mon anus si délicat.
Anxieuse je fermais les yeux tres fort en me soumettant avec anticipation a ce qui allait se passer.
Puis je reçue le coup brûlant et sans pitié d'une cravache sur mon derrière.
Les coups sifflait dans mes oreilles s'abattant impitoyablement sur mes pauvres fesse endolorie l'un après l'autre, m'arrachant des cris et des gémissements de détresse.
Je sentais le dur instrument me zebré impitoyablement se qui me restait de fesses déja rougie.
Mais à mesure que les coups pleuvaient sans relâche ,la douce sensation de chaleur des endorfines m'envahie .
Hmmmmmmmmmmm,,,
Mes plaintes se changaient en gemisement de plaisir.
J'en demandais encore et encore.
Mes yeux se révulsaient sous la sensation de plaisir a chaque coups de l'instrument bénie.
Mon Maitre était parfaitment consient de mon état ,et se délectait de la sensualite des rebond de mon corps et du fremissement de ma peau zebré et rougit.
Soudain je sentie la poignée de la cravache forcé mon anus.
Je retiens mon souffle tandit que je sentais la brûlure du terrible objet qui s'enfonsait
dans mes entrailles.
Je mordais mes levres, je n'ai jamais aimé être prise par le cul,je luttais pour ne pas fuir le terrible objet.
Je devais prendre,obeir et aimé malgré ma douleur,quoi que ce fut qu'il m'imposa.
Aimant ou n,aimant pas cela était sans importance,je devais prendre et obeïr.
Cela etait mon unique droit d'esclave,lui il avait tout les droit sur ma personne.
J'étais sa propriété.
Il agitait l'objet avec vigeur,le tournant ,le sortant l'enfoncant de nouveau puis recommencent de nouveau ,allant et venant suivant sa fantaisie.
Il prenait plaisir a me dégrader et a m'humilier.
Il voulait que je comprenne que je n'avais aucun choix ,que je lui appartenais, que chaque orifices de mon corps était a ca disposition pour qu'il l'utilise a son gré selon sa fantaisie du moment.
Il voulait que je comprenne que je devais etre domptée.
Puis sans plus attendre au paroxisme de son exitation,il defit sa bragette écarta mes fesses cramoisie et enfonsa sa verge brusquement dans mon cul.
J'hurlais de douleur tandis qu'il écartait les parois de mon cul dans une brûlure incadesente,en enfoncant son engun rendu dur comme du bois par l'exitation.
Puis dans un frénétique ballet de ses reins il me prit totalement et entierement.
Sachant qu'à chaque coups de ses rein ,il me défoncait dans mes gemissements de douleur.
Il sagripait a mes long cheveux ,comme un étalon bride sa jument.
Encore et encore sa verge me labourait entre les fesses.
Je n'étais plus rien,mon cul etait en feu.
Je priais et suppliais dieu mon Maitre ,implorant sa pitié.
Mais il ignorait completement mes supplique,seul sont plaisir de m'avoir a sa merci comptait.
Les minutes passait,malmenant mon cul sans vergogne.
J'étais vaincu, épuisé ,molle,il ne me restais que mes larmes pour pleurer et attendre la fin de mon supplice.
Puis dans un gémissement fort et puissant et libérateur,je senti ses rein se cambré
et sa verge dure m'enfoncer puissament.
Ma tête renversé par derrière ,les cheveux tiré comme si il s'y accrochait pour ne pas tomber.
Je pouvais sentir les soubresaut de sa verge qui explosait de sa semance dans mon anus
mal mené.
Puis avec quelque dernier coups de rein bien asséné, il se retira enfin laissant mon anus béant et tuméfié,
Enfin liberé pensais-je...mais mon espoir fut de courte duré, quand je senti un grand plug faire son chemin dans mon anus.
Avec un sanglot, les larmes au yeux je suppliais
-pitié...mon dieu Maitre pitié...
Mais il continuait son chemin dans mon anus impytoyablement
-je vais te boucher le cul salope...tu vas garder mon sperme dans ton cul le temps que tu vas être dans ta cage,une chienne comme toi a besoin de son séjour dans la cage ,le cul bien remplit de sperme et bien bouché par un plug qui lui rapelle sa condition d'esclave.je veux que tu assimile bien se que tu es salope,et que tu ne dois jamais te rebeller quand je decide de mettre ma botte sur toi ou dans toi sale chienne.
Puis il me releva brusquement de la table par les cheveux et il me diriga brutalement vers la cage.
Il me forca a m'agenouille devant la porte ,il me déttacha mes poignets derrière le dos
et a quattre patte m'obliga a entre dans la cage en poussant mon arrière train avec son pied.
Comme a son habitude il m'ordona de me mettre sur le dos et il fixa mes poignets et chevilles au quatre coins de la cage ,ferma la porte d'un gros cadena de securité.
Il resta acroupit quelque instant en me fixant de ses yeux noir.
-Te voila au repos sale pute,profite en pour réflechir a ton comportement indigne d'une esclave comme toi,car ton enfer ne fait que commencer chienne,tu nas aucune idée des tortures qui t'attende aujourd'hui,je me sens tres en forme...
Il me regarda encore plus intensement.
-Et tu sais ce que cela veut dire salope...
mon coeur ce serra,et la peur et l'apprention m'envahis...je connaissais ce regard et cette determination dans sa voix
-Profite en bien chienne...
Puis il se leva et disparu dans un autre pièce me laissant là. pluger plein de sperme,attaché,encagé,imobilisé ,avec pour seul activité que je réfléchir sur ma condition d,esclave.
Que me ferait t'il subire encore?
Quelle torture me reservait'il?
J'étais déja vaincu,défaite,sans aucune volonté propre et il avait été des plus claire, je serais encore torturé et abusé.
Jamais plus je ne serais rebelle jamais.
Mais en meme temps avec un sentiment contradictoire,mon con refluait d'humidité à la pensé  de se qui m'attendais.
Quel serait la suite des evenement?
la peur et l'exitation envahissait mon esprit...


eh bien vous le saurez dans "de la table au pinces partie 2"
a bientot mes fideles lecteurs
suplicia s649

Par suplicia s649 - Publié dans : BDSM - Communauté : SM soumise masochiste
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • : Le blog de suplicia.erog.fr
  • Le blog de suplicia.erog.fr
  • : NU
  • : sujet d une soumise et des exibition que son Maitre lui impose et ce en plusieur site cage,bondage,et exibition en cam grer par sont maitre ,imobilisation,et degradation au rendez vous
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact
  • : 01/02/2010

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Janvier 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés